Les aliments interdits pendant la grossesse

Ça y est, vous êtes enceinte ! Et même si on vous répétera souvent que la grossesse n’est pas une maladie, vous constaterez vite à quel point votre degré d’insouciance va être mis à rude épreuve dès le premier contrôle chez votre gynécologue. « Bébé fœtus » n’a encore que la taille d’un grain de riz et déjà vous allez être mise en garde sur tous les potentiels dangers qui le guettent et, malheureusement, votre manière de vous alimenter peut en faire partie.

Toxoplasmose, listériose, salmonellose… autant de termes qui ne faisaient absolument pas partie de votre dictionnaire mais dont l’ombre va planer sur votre tête et votre ventre rebondi durant 9 mois. Vous qui mangiez de tout, de bon cœur, vous allez soudainement vous découvrir l’âme d’une paranoïaque de l’alimentation en scrutant la moindre feuille de salade ou la présence de mayonnaise dans un sandwich !

Si les femmes ont toujours été conscientes des dangers de l’alcool sur le fœtus, il est vrai qu’elles ignorent, pour la plupart, les aliments qui sont potentiellement nocifs lors de la grossesse. Dr Denis Mauron

Alors oui, on ne va pas vous le cacher, les apéros entre amis n’auront plus forcément la même saveur – fini le p’tit verre de rosé en terrasse durant l’été – mais ne soyez pas trop focalisée sur les interdits car 9 mois, cela passe vite, et d’autres possibilités s’offrent à vous.

Mais revenons sur les aliments à éviter :

La viande crue et la charcuterie

Carpaccio, steak tartare, viande séchée des Grisons, saucissons… Les carnassières vont s’en mordre les doigts de frustration ! Enceinte, il faudrait éviter toutes les viandes et charcuteries saignantes, fumées, crues, marinées… (la cuisson est une excellente protection contre les microbes en tout genre). Patés, terrines et foies gras compris. Veillez à bien cuire le poulet et à toujours vous laver les mains après avoir touchée de la viande crue.

Pourquoi ? Parce que la viande crue peut être source de maladies très dangereuses pour le bébé, à savoir la listériose ou encore la toxoplasmose. Cette dernière est une maladie infectieuse due à un parasite, présent dans la terre ou chez certains animaux « hôtes ». Ainsi, elle peut se contracter en consommant de la viande contaminée mal cuite, des crudités mal lavées ou de l’eau souillée. Elle peut être facilement transmise par les chats si ceux-ci vont à l’extérieur. Comme la maladie est asymptomatique, vous pouvez l’avoir contractée, dans le passé, sans vous en rendre compte, ce qui est très positif car vous seriez, dès lors, immunisée. Les gynécologues font une prise de sang en tout début de grossesse afin de le déterminer.

Le poisson cru

Alors d’office on vous le dit, le poisson cru divise les professionnels de la santé, certains l’autorisant durant la grossesse et d’autres le diabolisant.

« Ma gynécologue m’avait dit qu’il n’y avait pas de problème avec les sushis puisque le poisson utilisé était congelé au préalable. J’en ai donc mangé à plusieurs reprises lorsque j’étais enceinte.» Karine

La précaution est quand même de rigueur puisque cru, le poisson est  susceptible de contenir une bactérie (la listeria monocytogenes) responsable de la listériose. Même si elle est bénigne pour la femme enceinte, cette infection s’avère particulièrement dangereuse pour le foetus (selon le terme de la grossesse, risque de fausse couche ou d’accouchement prématuré).

Les gros poissons sauvages

Espadon, thon, requin… ne devraient plus du tout figurer dans votre menu à cause des métaux lourds qu’ils contiennent. À vrai dire, il serait d’ailleurs mieux de s’en passer, enceinte ou non.

Les fromages au lait cru

En cause ? La listeria encore une fois. Il est conseillé de ne consommer que des fromages pasteurisés à pâte dure (et retirer la croute quoiqu’il en soit). Une fois bien cuit, le fromage au lait cru peut être consommé.

Les œufs crus

Là, c’est le risque de salmonellose qui est pointé du doigt. Attention car l’œuf cru est vil, il peut se cacher dans bon nombre de succulents desserts tels que le tiramisu, la glace, les crèmes dessert maisons, et des préparations salées comme la mayonnaise et les œufs coque !

Les graines germées crues

«D’une façon générale et en-dehors des périodes de contamination groupée, il est recommandé de ne pas donner de graines germées crues aux populations à risque, à savoir les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes présentant une déficience du système immunitaire», rappelle Gilles Salvat, directeur du laboratoire de Ploufagran à l’Anses.

En cause, les bactéries (E.coli) qui se développent aisément sur les jeunes pousses. D’une part, celles-ci sont un bon support de croissance pour les bactéries auxquelles elles fournissent des acides aminés, des sucres et des minéraux. D’autre part, les procédés de germination exigent le maintien des graines dans un milieu chaud et humide pendant quelques jours, ce qui favorise le développement des microbes.

L’alcool

On ne le répétera jamais assez, l’alcool, même à très petites doses, doit se faire oublier pendant 9 mois. Gare aux bières dites sans alcool : certaines en contiennent quand même (moins de 1%). Vérifiez toujours le packaging avant d’acheter vos boissons.

Les aliments dont il faut faire attention :

Les fruits de mer

Là, c’est la fraîcheur qui est en cause et, encore et toujours, le risque de listeria. Quand vous achetez des fruits de mer surgelés, il ne faut à aucun moment rompre la chaîne du froid !

Les crudités

Si vous avez déjà eu la toxoplasmose, aucun souci à avoir avec les crudités. En cas de résultat négatif, de simples précautions s’imposent. Sachez déjà que les cultures sous serre, industrielles, ne posent en général pas de problème et vous pourrez sans autre manger de la salade achetée sous vide, en sachet. Il faut faire plus attention aux légumes que vous cueillez dans un jardin familial ou à ceux que vous pouvez acheter sur un marché et qui sont  encore terreux. Si tel est le cas, il vous faudra les laver précautionneusement. Remplissez l’évier d’eau, ajouter quelques cuillères à soupe de vinaigre ou de bicarbonate alimentaire et lavez-les en changeant l’eau à plusieurs reprise.

Les édulcorants de synthèse

L’aspartame, notamment, a fait l’objet d’études l’accusant de favoriser les accouchements prématurés. Si celles-ci ont été largement controversées, il faudrait limiter votre consommation de « faux sucre ». Le produit étant loin d’être naturel, mieux vaut privilégier le sucre classique, le miel ou encore le sirop d’agave.

Le soja et ses dérivés

Germes de soja, tofu, laitages à base de lait de soja contiennent des hormones (des phyto-estrogènes), accusées d’être des perturbateurs endocriniens. Par précaution, si vous êtes friandes de ces produits-là, diminuez votre consommation durant la grossesse.

 

 

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer